Le contrat de canal

Le contrat de canal de Canet est défini sur la période 2019-2021 pour un montant de 12,3 millions d’euros. Il a été signé officiellement par les partenaires techniques et institutionnels du Syndicat Mixte le 5 juillet 2019.

Il se compose de 10 objectifs stratégiques qui s’articulent autour de 3 axes :

¨ Axe 1 – Conforter le système Canal/Nappe  et réaliser des économies d’eau

Le premier axe du contrat de canal s‘inscrit dans la nécessité de s’adapter à une ressource limitée. Il concerne l’amélioration du système existant, à savoir l’efficience et l’étendue du réseau ainsi que l’optimisation globale de la gestion de la ressource en eau.

Cette stratégie passe par la modernisation et la réhabilitation des ouvrages existants dégradés ainsi que par le développement de ressource de substitution et la formalisation des règles de gestion de la ressource.

Un projet de stockage en nappe soulagera notamment les prélèvements sur l’Aude en période de basses eaux et permettra d’aboutir à la desserte en sous pression de l’ensemble du périmètre.

Le contrat de canal prévoit une économie d’eau de 7,4 Mm3 par an sur le bassin versant de l’Aude.

 

¨ Axe 2—Prendre en compte des externalités du système Canal/Nappe

Au-delà des enjeux quantitatifs de la ressource, il est nécessaire de conforter les externalités apportées par les ouvrages et l’eau qu’ils mettent à disposition.

Elles concernent notamment des réflexions sur les usages induits (alimentation en eau potable, activité pêche), l’évaluation des opportunités en hydroélectricité sur le seuil de prise d’eau, la restauration de la continuité écologique de l’Aude et la valorisation patrimoniale du Canal.

La gestion de la vulnérabilité du périmètre au risque inondation est également intégrée.

 

 

¨ Axe 3—Assurer une gestion concertée du territoire

Le diagnostic du périmètre de l’ASA de Canet a montré que les usagers péri-urbains, peu présents dans la gestion collective, représentent plus d’un tiers des adhérents mais comptent pour 2% des surfaces. Il est important, dans cette démarche de gestion concertée de la ressource, d’impliquer l’ensemble des usagers à la gestion de l’ASA.

A ce constat s’ajoute la problématique des préleveurs individuels. Travailler à leur intégration dans la démarche de l’ASA est bénéfique au bon déroulement des missions de l’Organisme Unique de Gestion Collective (OUGC).

La redéfinition adaptée des outils de gestion de l’ASA est également nécessaire pour assurer un maintien durable. Celle-ci passe par l’amélioration de la gouvernance du couple ASA/Syndicat-Mixte et la création d’une base de répartition des dépenses cohérente et équitable.